Marjorie rédactrice web et auteure
Interviews

Marjorie, auteure, rédactrice web et future “digital nomad”

Dans cette interview, Marjorie a la gentillesse de nous faire partager ses rêves de voyage et de liberté qu’elle compte prochainement réaliser. Cette rédactrice web débutante déterminée et amoureuse se confie à nous en toute transparence et nous montre l’importance de poursuivre sa passion ,ses envies et ses projets. C’est parti pour la suite de mon défi !

Peux-tu te présenter en quelques lignes ?

Je m’appelle Marjorie, j’ai 45 ans, un fils de 19 ans et je vis en Haute-Savoie, dans le Pays du Mont-Blanc.

Je suis rédactrice web depuis très peu de temps, à peine 2-3 mois. Ca ne décolle pas encore, j’espère que ça viendra vite car je veux pouvoir vivre de mes activités sur Internet. Je dis « mes » car j’envisage plusieurs sources de revenus, ce qui me permettra d’avoir le mode de vie dont je rêve : être nomade digitale. J’envisage l’e-commerce en drop shipping, la publication de fictions et non-fictions, la vente d’infoproduits et la vente d’un service de voix-off, un rêve qui me poursuit.

Pour l’instant, je suis salariée à plein temps, un bon job que je ne quitterai qu’une fois mes revenus de freelance réguliers et suffisants.

J’ai aussi un blog d’auteur, en pause pour l’instant faute de temps, c’est ici pour les curieux !

Quand as-tu créé ton blog et pourquoi avoir choisi d’être rédactrice et blogueuse ?

J’ai créé mon blog d’auteure en mai 2016. J’ai des romans en cours.

Je n’ai pas de blog de rédactrice web pour l’instant, je me contente d’être sur une plateforme de rédaction.

 

Depuis quand souhaites-tu devenir freelance et nomade digitale ?

Depuis l’an 2000, j’envisage de travailler de chez moi. A cette époque, je me voyais déjà vivre d’activités sur Internet tout en voyageant quand ça me chantait. Durant des années, en parallèle de mes boulots salariés et de mes périodes de chômage bienvenues pour travailler sur mes projets, j’écrivais beaucoup. J’ai notamment écrit une série de romans personnalisés pour les enfants, que je prévois désormais de publier sous forme classique de livres pour la jeunesse sur Amazon. Au fil des années, j’ai rencontré virtuellement des gens, appris des choses, des concepts etc. Mon rêve restait le même, jusqu’au moment où est apparu ce concept de “nomade digital”. J’ai pensé et senti : “c’est ça, c’est exactement ça pour moi. Totalement.”

Et j’ai affiné mes projets jusqu’à commencer par vouloir vendre des prestations via une formation que j’ai suivie. Elle proposait de vendre des prestations de services sur une plateforme, cela me semblait plus concret et surtout plus rapide que de vendre des infoproduits, des produits physiques ou de se former sans cesse tout en procrastinant.

Donc ce n’est pas vraiment “maintenant” que j’ai décidé de devenir “digital nomad”, même si cela fait environ 2 ans que ce mode de vie est devenu mon but principal. Il n’y a pas de plan B.

J’ai quand même dû attendre quelques années entre le moment où je me disais “j’ai envie d’être nomade digitale” et celui où je me suis dit de façon certaine et ancrée en moi : “je vais devenir nomade digitale“. Il me fallait attendre que mon fils grandisse, devienne indépendant, et ce n’est pas encore vraiment le cas. Il m’a fallu aussi attendre de régler ma vie d’alors qui ne me convenait plus et qui m’a menée volontairement vers une séparation sentimentale, la vente de notre appartement, et régler quelques dettes. Il me fallait aussi trouver un boulot stable pour me renflouer financièrement. Bien que cela ne me laisse que très peu de temps pour mes activités de freelance à côté (en plus je fais du sport plusieurs fois par semaine), un emploi salarié m’a permis de me donner une certaine confiance en moi et une assise financière que j’avais perdue en étant sans activité pendant 3 ans  puisque mes rêves de gains sur Internet n’ont pas décollé.

J’ai une page Facebook dédiée  à mon rêve de devenir nomade digitale et qui parle de mes étapes et mes projets. J’espère la voir s’améliorer avec le temps et la pratique.

 

Dans quels pays envisages-tu de partir ?

En ce qui concerne mes futures destinations, je peux dire que pratiquement tous les pays du monde m’attirent (sauf a priori tout le coin des Emirats arabes). J’ai un vrai coup de cœur pour 3 pays, des pays dans lesquels je pense que je pourrais vivre pendant plusieurs mois : Israël, Japon et Brésil.

Je suis allée en Israël et j’ai adoré, juste avant que la situation ne dégénère à nouveau. Je m’apprête à partir au Brésil pour 2 semaines pour rejoindre un amour brésilien. Et oui, comme par hasard, j’ai rencontré quelqu’un de ce pays, une histoire de dingue ! D’ailleurs, j’apprends le portugais intensivement depuis 4 mois. Je commence seulement à le baragouiner un peu. Quant au Japon, il me fascine littéralement pour nombre de ses aspects.

Je pense que ma vie de nomade digitale sera ainsi faite : je me partagerai entre la France et le Brésil durant plusieurs semaines. Entre deux, je “nomadiserai” dans différents pays en louant des appartements pour environ 1 mois.

Dès que je serai indépendante et que j’aurai quitté mon boulot salarié (ma deadline personnelle est fixée dans 7 mois, j’en parle dans ma page Facebook), j’envisage pour commencer, d’aller visiter 2 pays où se trouvent des connaissances : l’Irlande et le Danemark.

Rencontres-tu des difficultés aujourd’hui dans tes activités ?

J’ai des difficultés pour m’occuper de la promotion, je suis très fainéante et j’aimerais que les clients tombent tout cuits dans ma boîte mail ! Du coup, j’ai peu de clients pour l’instant. J’ai aussi tendance à la dispersion et à m’ennuyer très vite dans une même activité, ce qui n’est pas très compatible avec l’endurance nécessaire pour réussir, je le reconnais.

Quels conseils pourrais-tu donner aux entrepreneurs qui nous lisent ?

Avoir le feu. C’est très important. Que votre envie de réussir dans ce que visez vous anime de l’intérieur. C’est cela qui vous fera avancer, avancer encore vers vos rêves, continuer, persévérer, même si le chemin vers la réussite n’est finalement pas le même que celui de départ. Ayez le feu, toujours. Votre « pourquoi ».

Selon toi, être rédacteur web ou blogueur nécessite quelles qualités ? Quels sont les défauts rédhibitoires à la réussite dans ces activités ?

Les qualités selon moi sont l’adaptabilité (il faut l’être quand on écrit sur des thèmes inconnus et sur commande), la rigueur pour rester professionnel et rendre dans les temps, aimer l’écriture. Les défauts sont d’écrire avec trop de fautes, et avoir un esprit uniquement créatif et artistique, vu qu’il faut quand même se plier aux souhaits des clients…

Quels sont les difficultés et les obstacles rencontrés lors ton parcours ?

Tout est parfait pour moi ! Non je rigole, je n’ai pas encore vraiment expérimenté ce métier sur le long terme, je débute. Mais je dirais que les difficultés peuvent être liées aux clients, comme dans toute activité à son compte : des clients trop exigeants ou de mauvaise foi ou qui veulent l’impossible. Heureusement, ce n’est pas courant. Il faut, je pense, savoir avancer malgré ces difficultés qui peuvent entamer notre moral ou notre confiance en soi.

Comment vois-tu ton avenir de rédactrice web ?

Glorieux (rires !) et en tant que nomade digitale, partout dans le monde. J’aspire à vivre de mes activités sur Internet (notamment rédactrice web) pour pouvoir être libre géographiquement, le kif ultime pour moi! Je souhaite pouvoir voyager comme je l’entends, travailler de partout dans le monde. Le monde est ma maison.

Quelle est la réussite dont tu es la plus fière ?

Je dirais, de m’être lancée dans cette activité car c’est un peu sauter sans filet, surtout comparé au salariat.

 

Et vous, souhaitez-vous devenir “digital nomad” comme Marjorie ?  Comment allez-vous vous y prendre ? Avez-vous déjà accompli votre rêve ?

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    5
    Partages
  • 5
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *