reconnaitre et gérer relation client difficile
Vie de freelance

Rédacteur web freelance : reconnaître et gérer une relation client difficile

Quand on exerce le métier de rédacteur web freelance, on a la chance de pouvoir choisir ses clients. Mais parfois, rien ne se passe comme prévu. Personne n’est à l’abri de faire les mauvais choix ou de tomber sur des personnes mal intentionnées. La relation client peut alors mal tourner ou s’annoncer compliquée. Voici quelques signes précurseurs de collaborations difficiles et mes conseils pour mieux les gérer afin d’assurer la pérennité de votre petite entreprise.

 

Le client au comportement “douteux”

 

Vous allez me dire, c’est logique de dire rapidement au revoir à un prospect ou un client irrespectueux. Et bien pas forcément, car ce type de comportement peut être insidieux et difficile à déceler au premier abord.

Malheureusement, un rédacteur web qui manque d’expérience ou n’ayant qu’un seul client aura plus de mal à dire stop dans ce genre de situation.

Comme la plupart des rédacteurs web, j’ai déjà eu affaire à des clients peu sympathiques. Je ne vous cache pas qu’il m’a été difficile de mettre fin à une collaboration naissante ou de recadrer les choses. Personne n’aime gérer les situations délicates, surtout quand on est son propre patron. On se remet en question, on doute de notre décision et on se dit que cela peut nuire à notre image.

Mais il faut relativiser : les conflits et les mésententes sont fréquents aussi bien dans le monde de l’entrepreneuriat que dans celui du salariat !

En y repensant, je n’ai aucun regret, et je pense avoir fait les bons choix. Mon sixième sens devient plus aiguisé avec l’expérience ! Je refuse désormais de m’engager ou de continuer à travailler avec un client avec qui je ne me sens pas à l’aise.

La qualité de la relation client est déterminante et plus qu’importante dans la vie d’un  rédacteur web freelance, comme dans la plupart des métiers.

 

Conseils et mises en garde

 

Tout le monde a droit au respect, donc apprenez à dire stop ou à recadrer la situation si besoin.

Si vous ressentez de l’irrespect dans les propos de votre client, une condescendance ou un malaise, par mail, téléphone ou en face à face, discutez-en directement avec lui. Privilégiez la communication avant toute prise de décision. C’est une étape indispensable pour éclaircir la situation ou éviter qu’elle ne s’envenime peut-être sur un malentendu. Vous pourriez être surpris du résultat après avoir crevé l’abcès !

Rappelez-vous que le nombre de clients potentiels avec qui travailler est énorme quand on est rédacteur web freelance, donc pas de panique si cela se termine !

Attention : un prospect qui vous parle de nombreuses relations clients ratées, c’est généralement un signe révélateur d’une future collaboration compliquée !

 

Le test non rémunéré suspect

 

Votre prospect vous annonce que vous êtes en concurrence avec plusieurs rédacteurs pour travailler sur le long terme avec lui. Le long terme… le Graal pour un rédacteur web freelance !

Certains prospects mal intentionnés savent sur quoi appuyer pour clairement vous arnaquer :  la sécurité. Avoir des commandes tous les mois, c’est rassurant et c’est une chance pour un rédacteur web indépendant.

Certains l’ont extrêmement bien compris et vous annoncent avec fougue le scénario de rêve :  pour avoir la chance d’être parmi les élus, il faut réaliser un test non rémunéré de 10 pages dans un délai de deux jours (j’exagère, mais on est pas loin de la réalité en ce qui concerne l’une de mes expériences !).

Si vous avez mordu à l’hameçon, vous avez de fortes chances de n’être jamais rappelé et d’avoir gaspillé inutilement votre énergie. Votre prospect aura récupéré gratuitement le fruit de votre labeur en vous annonçant que, malheureusement, vous n’avez pas été retenu. Scénario classique. Il pourra ainsi se servir des idées de nombreux rédacteurs et des vôtres.

 

Conseils et mises en garde

 

Exigez que votre test soit rémunéré, que vous soyez débutant ou non. Tout travail mérite salaire.

Essayez d’éclaircir au maximum toutes les zones d’ombre concernant la méthode de sélection et votre éventuel partenariat. Il est possible que certains clients ne sachent pas comment procéder pour trouver leur “candidat”. Laissons-leur le bénéfice du doute ! Avisez en fonction des réponses (hésitantes, flous, peu rassurantes, étranges…) et faites confiance à votre instinct.

Vous avez un peu plus d’expérience ? Vous pouvez lui proposer une alternative : lui montrer votre portfolio ou alors convenir d’un premier projet “test” (payé, bien entendu !) pour voir si une collaboration sur le long terme est possible par la suite.

Attention : un autre indice d’une collaboration douteuse : le client préfère que vous réalisiez le test gratuit avant de discuter ensemble de vos tarifs pour la suite… c’est mauvais signe !

 

L’annonce mal rédigée

 

Une annonce mal rédigée et pleine de fautes d’orthographe n’augure généralement rien de bon.  Il s’agit souvent d’offres alléchantes pas très sérieuses qui vont certainement vous faire perdre du temps et de l’argent.

 

Conseils et mises en garde

 

Faites une recherche approfondie sur la société en question avant d’éventuellement postuler.

 

Le projet non cadré

 

Un autre signe révélateur d’un client mal intentionné : le refus de payer un acompte ou de signer un devis.

Comme j’ai pu vous en parler dans mon article sur les pièges à éviter pour une activité sereine, il est primordial de rédiger et faire signer un devis avant tous travaux de rédaction. Il faut également prévoir le versement d’un acompte pour vous protéger, surtout pour les projets importants.

 

Conseils et mises en garde

 

Rédigez impérativement un devis, faites-le signer et ne débutez JAMAIS vos travaux avant d’avoir reçu le virement. Les mauvais payeurs et les clients malhonnêtes existent !

Si votre nouveau client refuse de signer votre devis ou vous fait miroiter le paiement de l’acompte dans une semaine ou deux, bref s’il reste clairement vaseux, faites-lui comprendre qu’il s’agit de sécurité et de confiance. La base d’une relation client saine !

 

Un lien de subordination et une perte d’autonomie

 

Le client vous demande des comptes, surveille votre travail (connexion en ligne),  vous impose des horaires sans vous demander réellement votre avis, vous soumet à une relation d’exclusivité en vous interdisant de travailler avec d’autres clients, vous démontre qu’il existe bien un rapport hiérarchique entre lui et vous… il s’agit vraisemblablement de salariat déguisé !

 

Conseils et mises en garde

 

Faites-lui d’abord comprendre avec vos mots le principe d’une micro-entreprise : vous êtes indépendant donc libre de vous organiser et d’avoir plusieurs clients pour vivre de votre activité. Si cela se corse, parlez-lui de cette situation semblable à du salariat déguisé et des risques encourus pour sa société !

 

Voilà pour les quelques signes pour mieux flairer une relation client difficile et la gérer ! Mais rassurez-vous, les “mauvais” clients existent, mais en restant bien attentif, c’est plutôt rarissime ! 😉

 

Et vous, comment cela se passe avec vos clients ? Avez-vous rencontré des difficultés dans vos relations professionnelles ? Racontez-moi tout dans les commentaires !

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

2 Comments

  • Biodore

    Merci pour ces judicieux conseils.
    Je suis rédactrice freelance depuis plusieurs années maintenant et je n’ai pas hésité à mettre fin à deux relations clients compliquées. Je sais que je retrouverais des clients de toute façon.

    J’ai travaillé d’avril à août 2019 avec une responsable de blog (un particulier), qui corrigeait mes textes comme des dictées, surlignait les passages que je devais modifier (il suffisait de valider ses demandes sur Google doc) et me faisait reprendre deux, voire trois fois les textes (même plus). Après un mois, je lui ai signifié que je facturerais 30 % de plus par texte au-delà de deux retouches. Elle s’est calmée, mais après, elle a changé de tactique, m’envoyait des mails à longueur de journée, exigeait plein de changements lorsque j’intégrais les textes dans son CMS, n’aimait pas mes photos…, bref

    A 0,07 €/ mot pour des textes de 1 500 mots, je passais 3 à 4 heures de rédaction + 2 à 3 heures supplémentaires pour répondre à ses demandes. Clairement une perte de temps et d’argent pour moi.
    A la rentrée, j’ai simplement augmenté mes tarifs et l’ai signifié à tous mes clients. Je n’ai plus entendu parler d’elle, avec soulagement.
    On m’a aussi fait le coup du test non rémunéré, il y a peu de temps. J’ai refusé. Mon portfolio parle de lui-même. Le client souhaitait un texte de 1 000 mots, assez technique, pour me tester. Je lui ai expliqué que ce genre de texte demandait 3 à 4 heures de travail et que je ne travaillais pas gratuitement. Il est reparti bredouille.

    Voilà, c’est un très long commentaire, mais cela fait du bien de vider son sac et de ne pas se sentir seule dans ce genre de situations.
    Super blog, continues à nous éclairer !

    • Marlène

      Merci beaucoup pour ton témoignage bien détaillé. Tu as bien fait ! Il faut effectivement savoir s’imposer et ne pas tout accepter pour la santé de son entreprise (et la sienne ! ;)).
      Merci également pour le compliment, c’est motivant et gratifiant 🙂 ! Bonne journée à toi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous êtes libre de recevoir gratuitement le livre "La boîte à outils du rédacteur web" en complément :) !